• Post category:Particuliers

Faut-il faire de sa passion son job ?

Φ Temps de lecture : 3′

Se lancer à son compte pour essayer de monétiser sa passion, c’est tendance. Combien de reportages tels que “Il plaque tout et lance son foodtruck pour vivre de sa passion : la cuisine” avons-nous vu passer ? C’est sexy, ça donne envie, on se dit qu’on aura la liberté dont on avait toujours rêvé. Mais à trop idéaliser, parfois on peut passer à côté des aspects négatifs du job-passion que l’on avait pas anticipés. Alors, est-ce souhaitable de faire de sa passion son job ? Voici les bonnes questions à vous poser avant de vous lancer !

#1 - Suis-je passionné.e au point d’y consacrer ma vie ?

La première chose que nous vous invitons à considérer, c’est le temps et l’énergie que vous serez amené.e à déployer si vous décidez de faire de votre passion votre job. Êtes-vous prêt.e à vous adonner à cette passion tous les jours (ou presque) ? En effet, c’est très différent de faire quelque chose pour son plaisir, que faire cette même chose tout le temps. On peut être passionné de cuisine, mais ne pas souhaiter suivre un menu imposé par un chef ou cuisiner en grosses quantités pour les clients d’un restaurant. On peut adorer la photo, l’écriture, le surf, le café… et finir par s’en dégouter si cette passion se transforme en une activité quotidienne soumise à une pression de rentabilité financière. 

#2 - Quels sont les à-côtés négatifs de ma passion ?

Si passer beaucoup de temps sur votre passion ne vous rebute pas, nous vous invitons à considérer ses à-côtés négatifs. En effet, si on croit souvent que faire de sa passion son métier, c’est combiner plaisir et travail, ce n’est pas toujours vrai. Générer des revenus de sa passion comporte des contraintes que l’on peut avoir du mal à appréhender au premier abord. Par exemple, on peut tellement aimer son activité-passion qu’on a du mal à s’arrêter et à poser des limites, et cela peut déséquilibrer notre vie perso. On peut aimer une partie du métier, créer de la musique par exemple, et détester d’autres aspects comme aller démarcher des producteurs ou gérer sa chaîne Youtube… Même si vous ne pourrez pas tout anticiper, essayez d’imaginer ces risques, et demandez à des personnes qui vivent de leur passion quel est le revers de la médaille.

#3 - Comment me rapprocher de ma passion ?

Il est impossible de généraliser le niveau de risque et d’impact de la crise. Certains secteurs, certaines personnes sont touchées, d’autres moins, d’autres pas du tout. C’est un peu la loterie. Quitter son job dans ce contexte peut être une bêtise, ou pas. Cela va dépendre de votre métier, de votre entreprise, mais aussi de vos propres ressources, financières et mentales. Pour certaines personnes, opérer une transition dans une période morose peut être particulièrement difficile à vivre moralement. Pour d’autres, cela va être au contraire une grande source de joie. Prenez le temps d’analyser la situation, de vous écouter, et n’oubliez pas que, derrière chaque crise, se cache une multitude d’opportunités.

Vous souhaitez poursuivre l’exploration de vos réflexions professionnelles ? 

  • Abonnez-vous à notre série somanyQuestions sur Youtube
  • Rejoignez la newsletter Trajectoires, votre dose d’inspiration bi-mensuelle pour questionner le travail
  • Suivez notre programme 7 jours pour faire le point sur vos envies pros
  • Faites le Workoscope, le test pour explorer votre rapport au travail