fbpx

Conversation(s), un événement atypique et (très) participatif qui questionne le travail

3 juin 2019, Halles Civiques de Belleville. 

Il est 19h et déjà les plus ponctuels se pressent à l’entrée de Conversation(s). Ils sont une centaine, ils viennent de grands groupes du CAC40 ou sont membres d’une association. Ils sont RH, managers, collaborateurs, salariés, freelances, demandeurs d’emploi, ou plusieurs de tout ça à la fois. Ils se passionnent tous pour les sujets qui tournent autour du travail. Et ça tombe bien parce qu’à Conversation(s), on est là pour en parler, du travail.

Et pour amorcer le dialogue, quoi de mieux que de s’immerger dans les espaces habituels de conversations en entreprise ? C’est ce que nous avons recréé pour mettre les participants dans le bon état d’esprit.

 

Dès l’entrée, passage obligé par l’ascenseur. Un espace clôt, une musique bossa nova et un doux message de bienvenue. Nous voilà plongés dans l’univers décalé de Conversation(s)

Arrivée à la machine à cocktails. Au menu : des sujets de conversations “soft” comme “Les congés illimités” ou plus “hard” comme “le télétravail”. La condition pour être servi, bien entendu, est d’être accompagné d’une personne (minimum) pour engager la discussion de son choix. 

Direction le bureau de la RH. Haut lieu de réclamations. Ici s’écrit une lettre collaborative adressée au travail. Si pour une fois il nous écoutait ! *

Avant la grande Conversation(s), passage éclair par le Comex des bisounours. Ici tous les rêves sont permis. Chacun peut confier ses désirs les plus fous aux gentils bisounours. Puis on repart avec un mot doux, laissé par un inconnu bienveillant.

Nous voilà dans l’ambiance 🙂 La Conversation(s) peut commencer. 

Les invités prennent place, en cercles concentriques. Au centre, 5 chaises, réservées à ceux qui souhaitent prendre part au débat. 1 est laissée vide. Le principe ? Quiconque dans l’assemblée souhaite s’exprimer s’installe sur la chaise vide. En échange, une personne du milieu rejoint le public. Un premier sujet est lancé, c’est parti pour 1H de Conversation(s) sur le travail.

Ce soir là, ensemble, nous avons questionné le travail. Nous avons croisé nos regards, partagé nos expériences, dessiné les contours de ce à quoi il pourrait ressembler, le monde du travail idéal. Ce soir là, les conversations étaient passionnées. Et jusque tard, elles ont continué.

*
Cher travail,
Je suis venu te dire que je m’en vais.
Ce n’est pas toi, c’est moi.
Je suis infidèle.
Tu ne comprends pas mes aspirations.
J’aimerais une vie professionnelle excitante
Dans laquelle je m’épanouisse en restant moi même. 
Et pour cela, il faut que tu sois cohérent avec mes valeurs, 
Que tu puisses répondre à mon besoin d’équilibre vie pro vie perso.
Car la vie privée est la grande oubliée de nos entreprises. 
Le burn out, ce monstre caché sous le lit, nous en raconte les méfaits. 
Un faux pas et et je n’ai plus ta confiance. 
Quel dommage de ne pas laisser plus de place à l’échec. 
Pourrais-tu dire à nos managers d’être plus compréhensifs ? 
Nous sommes sans cesse en apprentissage. 
Apprendre, c’est le secret de la motivation et de la jeunesse. 
Je t’aime, j’adore partager avec toi, mais j’ai une vie personnelle,
et tu ne vaux pas plus. 
J’aimerais plus d’innovation, plus de liberté, plus d’amusement 
Pour me sentir motivé et déployer ma créativité. 

Le collectif des travailleurs 

Fermer le menu
×

En questionnement professionnel ?

Recevez 1 email par jour pendant 1 semaine pour y voir
plus clair sur vos envies pro !

Inscription à notre newsletter

En validant votre inscription, vous acceptez que somanyWays mémorise et utilise votre adresse email dans le but de vous envoyer mensuellement notre lettre d’informations.